Un livre qui répond
à vos questions

Livre, Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin
Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin

 

De l'échauffement au stress de la compétition avant un concours, Coralie Cousin, kinésithérapeute spécialisée, vous dit tout dans son livre le Musicien, un sportif de haut-niveau.
Destiné aux musiciens qui ont des douleurs dues à la pratique intensive de leur instrument, ce livre recèle de témoignages et conseils illustrés qui redonneront confiance à chacun.

Coralie Cousin

Coralie Cousin

Diplômée de kinésithérapie, Coralie Cousin est, depuis vingt ans, spécialisée dans la rééducation de la main du musicien.
Elle a ouvert son propre cabinet « Kiné des musiciens » à Paris tout d'abord dans le 13ème arrondissement et a soigné et conseillé plus de 3000 musiciens. En décembre 2016 elle transfère son cabinet, 5 cité Riverin dans le 10e arrondissement.
Elle est kinésithérapeute consultante auprès d'institutions reconnues : l'Ecole Normale de Musique de Paris et l'Orchestre National d'Ile-de-France.
Au travers de nombreux articles, conférences, interviews radio et télévision elle tente d'aider les musiciens et de prévenir les affections professionnelles des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Vous êtes pianiste

Dana Ciocarlie

Dana Ciocarlie

© Photographie Bernard Martinez

Les pathologies spécifiques des pianistes

L'inflammation des tendons de la main du pianiste

De nombreux pianistes souffrent d'une inflammation des tendons de leurs doigts appelée « ténosynovite ». Cette inflammation provoque une douleur à l'intérieur de la paume de la main ou sur le doigt. L'effondrement de la voûte de la main, surtout au niveau des 4e et 5e doigts, est généralement à l'origine de ce trouble.

L'entorse du pouce du pianiste

Le pouce a une musculature puissante qui lui est propre. Son équilibre est l'une des clefs de voûte de la main du pianiste. En effet, un déséquilibre musculaire entraîne des entorses de la colonne du pouce. Toute faiblesse musculaire doit être récupérée par des petits exercices très doux avec et hors instrument.

Les contractures musculaires des épaules des pianistes

Les épaules du pianiste sont très sollicitées et des douleurs sous forme de contractures musculaires sont fréquentes, surtout du côté droit. La projection de la tête en avant participe à ces tensions.
Un rééquilibrage musculaire de la ceinture scapulaire et du dos est alors indispensable.

Présenter les pathologies les plus spécifiques du pianiste nous permet d'attirer votre attention sur les contraintes physiques qui peuvent découler d'une pratique intensive du piano dans de mauvaises positions.
Si vos symptômes correspondent à l'une des situations citées ci-dessus, ne vous inquiétez pas outre mesure, généralement les instrumentistes en guérissent !
Si à l'inverse vous ne vous reconnaissez dans aucune d'elles, ne méprisez pas votre douleur, prenez la tout autant au sérieux.
La douleur vous envoie un signal, réagissez et examinez plus attentivement votre organisation de travail à l'instrument.

Que Faire

Quelques chiffres sont parlants : pour rester en fond de touche au piano, il faut maintenir une pression de 50 grammes au bout du doigt. Si le pianiste joue de façon crispée, il maintient appuyé, sans se détendre, une pression d'environ 150 grammes. Le jeu rapide est forcément freiné par le manque de relâchement musculaire. Le son s'en ressent, créant ainsi des tensions et des crispations qui irradient dans les avant-bras.
Pour les supprimer il faut apprendre à doser la pression des doigts en fond de touche dans votre clavier.

Voici un exercice avec une balance pèse-lettres

Coralie

1. Maintenez une pression de 50g sur la balance

Coralie

2. Puis placez votre main sur le clavier et maintenez la même pression de 50g en fond de touche (la touche ne doit pas se relever).

Coralie

3. Revenez sur la balance et vérifiez que vous maintenez bien la bonne pression de 50g.

Vous pouvez ainsi faire des allers-retours entre la balance et le piano de façon à ressentir la détente du doigt dans la note enfoncée après l'attaque.
De nombreux exercices peuvent découler de ce principe.

Il est aussi indispensable d’avoir une bonne posture assise, qui soit ni trop cambrée ni trop voûtée, afin que les épaules trouvent leur équilibre. Des exercices d’étirement, d’assouplissement et de respiration, avec et sans instrument, sont conseillés afin de bien échauffer l’ensemble de la musculature du dos et de la ceinture scapulaire.

Témoignages

Dana Ciocarlie

J'ai poussé la porte du cabinet « Kiné des musiciens » pour la première fois en 2000. A l'époque, j'étais en état de surmenage musculaire. Depuis, le travail avec Coralie Cousin et Josette Beder a pris la forme de corrections de posture, d'exercices de gymnastique et étirements très ciblés, de massages et gestes de relaxation et respiration. Grâce à ces soins attentifs, généreux et bienveillants, je ne viens plus au cabinet que pour faire de la prévention. Je peux donc attester, par mon exemple, de la véracité de l'adage « Qui veut aller loin ménage sa monture »

Odile DELANGLE - Pianiste, Concertiste, Professeur à l'Ecole Normale de Musique de Paris

« Dès qu'un étudiant entre dans ma classe de Piano à l'Ecole Normale de Musique de Paris, il suit aussi des séances de kinésithérapie avec Coralie COUSIN tout comme les cours de Solfège, d'Analyse, d'Histoire de la musique, de Musique de Chambre et Déchiffrage. J'estime que c'est une option indispensable pour un instrumentiste. Combien d'élèves arrivent à leur piano et jouent toutes leurs œuvres en apnée ? Combien jouent avec des doigts qui courent à toute vitesse sur le clavier sans s'écouter ? (Ce qui est un comble pour un musicien !)
Depuis quelque temps j'ai la chance de pouvoir travailler en équipe avec Coralie. En effet ce travail approfondi sur la posture, la respiration, la tension du geste juste augmente les performances techniques de l'étudiant qui apprend à connaître son corps et à se préparer physiquement. Quand il arrive au cours de piano tout va plus vite, le terrain est prêt pour approfondir le travail musical des œuvres. Le but étant que l'étudiant trouve le bien être de jouer du piano qui devient alors véritablement un prolongement de la personne. »

Fériel Kaddour - pianiste concertiste, agrégée et docteur en musicologie, enseignante à l'Ecole Normale Supérieure (Ulm)

La main, un organe de préhension, un ensemble de cinq doigts ? Nous le devinons, c'est bien plus complexe car la main est une structure singulière. Elle est munie de cinq doigts inégaux dont un pouce qui, « en opposition », vient soutenir une voûte. De là dépendent la stabilité et la souplesse des doigts, leur force et leur agilité. La main est une structure dynamique qui peut se dérégler dès lors qu'on ne sait pas en respecter l'équilibre, dès lors que l'on ne la développe dans le sens adéquat à sa nature. Car la main du pianiste est solide, musclée, mais elle doit aussi savoir «respirer ». Sa structure est musicale : une architecture réglée, composée d'un jeu de forces opposées et équilibrées, par laquelle toutes les inflexions deviennent possibles. La main nous renvoie à la fois à ce qu'il y a de primitif et vital en nous et à ce qui s'élabore au plus haut degré de finesse. La main ressent le froid, le chaud, elle se porte par réflexe là où notre corps est atteint. Mais elle peut devenir celle de Liszt, légendaire et conquérante, main de Vladimir Horowitz, miracle d'agilité et de grâce, main de Sviatoslav Richter, combinaison improbable de puissance et d'infimes nuances.

Sarah Maïer-Pinto - pianiste, professeur de piano, coordinatrice du département clavier du CRD de Fresnes

J'ai rencontré Coralie Cousin en 2010. La consultation pour une simple entorse s'est tout de suite transformée en une rencontre humaine, sincère et passionnante. Dès que l'on franchit la porte de son cabinet, sa bienveillance, son écoute, son professionnalisme ne peuvent que rassurer.
De la réparation à la prévention en passant par la guérison, Coralie trouve des mots, des gestes qui nous accompagnent tout au long de notre carrière. Sa gentillesse, sa sensibilité d'Artiste s'ajoutent à son expérience, sa connaissance du kinésithérapeute.
Un moment d'évasion, de recul par rapport à son art et sa pratique, guidant le musicien jour après jour.

www.sarah-maier.org

Michael Wladkowski - pianiste, professeur à l'école Normale de musique de Paris Alfred Cortot

Je travaille avec Coralie Cousin depuis 4 ans et je suis heureux de cette rencontre pour moi et pour mes élèves à l'École Normale. L'attitude de Mme Cousin, l'atmosphère de calme, de sérénité et d'attention qu'elle crée pendant son travail sont propices à une réévaluation de perception sensorielle et d'écoute, les deux choses les plus importantes après le conception musicale et artistique de l'oeuvre même.
Ma pratique quotidienne de la méditation et du Chi Kung est en complète harmonie avec cette approche. Les bénéfices que j'ai ressenti sont multiples : amélioration de la respiration, meilleures mémoire et concentration, capacité à résoudre des problèmes techniques, pensée créatrice, relaxation même dans les endroits très difficiles, capacité d'ignorer les distractions, et aussi un certain optimisme.
Franchement, ma réponse aux gens qui me disent qu'ils n'ont pas de temps(20 minutes) est que bien, ils n'ont pas de vie non plus!

Article

La main du pianiste, une mécanique fragile. La prévention est une urgence - article de Juliette Duval

Revue Piano N°25 Hors-série de La Lettre du Musicien  2011-2012   

Eckart ALTENMULLER, cité dans cet article, est médecin et directeur de l'Institute of Music Physiology and Musicians'Medecine à Hanovre. Les programmes de Recherche clinique menés par cet Institut visent à une meilleure compréhension de la dystonie focale et des syndromes de la douleur qui touchent les musiciens professionnels au cours de leur jeu instrumental.
Un certain nombre de projets axés sur l'étiologie et la physiopathologie de ces troubles ont pour objectif d'améliorer les outils diagnostics et les options thérapeutiques.
http://www.immm.hmtm-hannover.de/en/

Laurent BOULLET, pianiste professionnel spécialisé dans l'étude des aspects physiologiques de la technique pianistique, travaille depuis de nombreuses années avec Eckart Altenmuller.
www.pianophysiology.com

Coralie Cousin, Eckart Altenmuller et , les

Coralie Cousin el les docteurs Eckart Altenmuller et Marie Vidailhet

Marie VIDAILHET est professeur de neurologie à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière et responsable de la coordination du groupe de recherche sur le contrôle moteur. Ce groupe de recherche étudie, entre autres, le contrôle moteur dans les maladies du mouvement anormal dont la dystonie.