Un livre qui répond
à vos questions

Livre, Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin
Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin

 

De l'échauffement au stress de la compétition avant un concours, Coralie Cousin, kinésithérapeute spécialisée, vous dit tout dans son livre le Musicien, un sportif de haut-niveau.
Destiné aux musiciens qui ont des douleurs dues à la pratique intensive de leur instrument, ce livre recèle de témoignages et conseils illustrés qui redonneront confiance à chacun.

Coralie Cousin

Coralie Cousin

Diplômée de kinésithérapie, Coralie Cousin est, depuis vingt ans, spécialisée dans la rééducation de la main du musicien.
Elle a ouvert son propre cabinet « Kiné des musiciens » à Paris tout d'abord dans le 13ème arrondissement et a soigné et conseillé plus de 3000 musiciens. En décembre 2016 elle transfère son cabinet, 5 cité Riverin dans le 10e arrondissement.
Elle est kinésithérapeute consultante auprès d'institutions reconnues : l'Ecole Normale de Musique de Paris et l'Orchestre National d'Ile-de-France.
Au travers de nombreux articles, conférences, interviews radio et télévision elle tente d'aider les musiciens et de prévenir les affections professionnelles des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Vous êtes flutiste

Patricia Nagle

Patricia Nagle

© Photographie

Pendant son jeu, le flûtiste sollicite son corps dans une posture très complexe aussi bien lorsqu'il joue debout qu'assis. En effet lorsqu'il pose son instrument sous sa lèvre inférieure il tourne légèrement la tête vers la gauche par rapport à l'axe de ses épaules. La flûte est donc un instrument désaxé. Il est alors très important de placer une bonne posture dès le départ avec des épaules bien équilibrées.
Soyez prudent si vous pratiquez plusieurs instruments, par exemple la flûte moderne, le piccolo, la flûte baroque etc. Il est indispensable de bien savoir s'adapter aux nouvelles exigences de chaque flûte. Si c'est votre cas, apprenez à vous sentir rapidement à l'aise avec votre nouvel instrument. Gardez toujours à l'esprit qu'il faut rapprocher l'instrument de soi.

Les pathologies spécifiques des flutistes

Douleur et tension du diaphragme du flûtiste

On ne peut parler de respiration sans évoquer le diaphragme, ce muscle circulaire, à la fois plancher du thorax et plafond de l'abdomen, qui permet aux poumons de recevoir 80% de leur volume d'air. J'ai observé que de nombreux instrumentistes souffrent de crispation musculaire du diaphragme.
Ainsi des tensions peuvent apparaître autour du nombril. Pour commencer à les faire disparaître vous pouvez placer en fin de journée des bouillottes d'eau chaude sur votre ventre. Ces tensions résultent d'un état de stress. Des exercices d'assouplissement de la cage thoracique et d'étirement sont très indiqués, ils sont associés à des exercices de respiration.

Surmenages des épaules et douleurs de la colonne cervicale du flûtiste

Des contractures musculaires des épaules sont fréquentes et des douleurs irradient particulièrement au niveau de la colonne cervicale et entre les omoplates. Tendinite, capsulite et syndrome de compression vasculo-nerveux peuvent être parfois diagnostiqués par les médecins.
Si la musculature de l'omoplate droite est faible, l'épaule droite a tendance à tomber en bas et en arrière. Un cisaillement survient provoquant des douleurs. Elles peuvent irradier dans le membre supérieur droit et déséquilibrer la motricité fine de la main.
Quant à l'épaule gauche elle à tendance à se lever. Cette raideur entraîne des douleurs qui irradient dans la colonne cervicale. Des entorses de la mâchoire à gauche peuvent être diagnostiquées par les médecins.
Les problèmes d'épaules apparaissent en général tardivement lorsque des carrières commencent à s'épanouir. Soyez toujours prudent et ne forcez jamais sur une douleur d'épaule.

L'hyper laxité de l'index ou du pouce gauche du flûtiste

L'équilibre de la main gauche est complexe. La flûte a un point de contact à la base de l'index et le pouce donne de la stabilité et de l'agilité grâce à sa puissante colonne musculaire.
L'hyper laxité de la main chez certains flûtistes a tendance à fatiguer la main, une faiblesse musculaire de la voûte peut être associée avec un annulaire qui manque de rapidité.

Présenter les pathologies les plus spécifiques du flûtiste permet d'attirer votre attention sur les contraintes physiques qui peuvent découler d'une pratique intensive de cet instrument dans de mauvaises positions.
Si vos symptômes correspondent à l'une des situations citées ci-dessous, ne vous inquiétez pas outre mesure, généralement les instrumentistes en guérissent !
Si à l'inverse vous ne vous reconnaissez dans aucune d'elles, ne méprisez pas votre douleur, prenez la tout autant au sérieux. La douleur vous envoie un signal, réagissez et examinez plus attentivement votre organisation de travail à l'instrument.

Que faire

Placer une bonne posture avec son instrument est indispensable afin de se sentir à l'aise lorsqu'on respire. Mais l'inverse est tout aussi vrai : une respiration bien placée favorise un bon équilibre. Il est essentiel d'insister sur l'alignement de la respiration chez le flûtiste afin de compenser cette posture désaxée imposée par l'instrument.
Il existe un grand nombre d'exercices afin de bien s'échauffer avant de jouer, ils sont réalisés avec et sans l'instrument.
Si votre dos est sous musclé il est alors important de tonifier les muscles qui entourent les omoplates, par des exercices avec et sans instrument. L'équilibre de la ceinture scapulaire est essentiel à la flûte, les omoplates permettent d'avoir une gestuelle à la fois très détendue, ample et fluide.
Certains musiciens trouvent un équilibre corporel grâce à la pratique d'un sport par exemple la natation, la course.

Témoignages

Patricia Nagle - Flûtiste, Concertiste, Professeur de flûte à l'Ecole Normale de Musique de Paris - Alfred Cortot - Conservatoire Maurice Ravel à Levallois

Depuis 10 ans la collaboration au sein de ma classe avec Coralie Cousin - Kinésithérapeute pour les musiciens et notamment pour les étudiants dans cette école, a apporté une extraordinaire expérience aux jeunes flûtistes et futurs interprètes de demain.
Ponctuellement nous organisons des master class pour flûtistes pour que les élèves puissent comprendre les problèmes techniques concernant la posture du corps, le positon des mains, le travail sur la respiration et le souffle et la gestion du trac. Ce travail va aussi permettre aux élèves de mieux optimiser leur énergie et par conséquent leur efficacité dans leur jeu. les élèves trouvent aussi une sonorité plus ample et plus facile, tout en évitant les douleurs dues aux tensions comme les tendinites avant les concours !
Chacun a sa propre formation, son propre patrimoine corporel, et le travail de Coralie aide les élèves à se surpasser et à améliorer leurs performances et leurs expressions dans la musique. Cette liberté corporelle est indispensable, elle contribue à leur Art !
http://www.patricianagle.com

Florence Semichon - Flûtiste, Concertiste, Professeur de flûte à l' ENM du Blanc Mesnil dans le département de la Seine Saint-Denis

De douleurs récurrentes à l'épaule depuis plusieurs mois, la capsulite s'est déclenchée très rapidement, en quelques semaines. En arrêt de travail pendant 6 mois avec des pronostics de médecins particulièrement déprimants stipulant que je ne pourrais définitivement plus jouer de flûte « normalement » et que j'étais atteinte de capsulite rétractile des deux épaules doublée de tendinites calcifiantes, je suis donc arrivée au cabinet kiné des musiciens de Coralie et Josette dans un état assez catastrophique.
Nous avons alors commencé un travail de longue haleine. Au début, aucune rééducation possible, mais des massages en profondeur pour dégager les épaules et le buste des tensions liées aux douleurs. Puis, peu à peu, sans instrument, à travers des gestes respectueux du corps et de ses possibilités, j'ai appréhendé une nouvelle façon de respirer plus complète, une nouvelle façon de « porter » ma flûte sans fatiguer les épaules.
Après 6 mois d'arrêt, petit à petit j'ai pu rejouer de la flûte, quelques minutes par jour au début puis par intervalles de plus en plus longs. Actuellement je joue plusieurs heures par jour sans la moindre douleur. J'ai fait, il y a deux ans, des échographies de contrôle et n'avais plus la moindre tendinite ni calcification. Les douleurs ont aussi complètement disparu avec l'adjonction d'un régime sans gluten.
Le chemin fut long, fastidieux parfois, avec des moments d'intense découragement. Mais avec le recul j'ai envie de dire que je ne regrette pas ce parcours, voir ce détour. J'ai complètement revu ma façon de respirer, de me tenir et il me semble que mon jeu a progressé, avec davantage de projection du son. Cela a des répercussions aussi sur ma façon d'enseigner. Mais sans ce travail avec Coralie et Josette, sans leurs encouragements et l'exhortation à la patience, je ne pense pas que je m'en serais sortie.