Un livre qui répond
à vos questions

Livre, Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin
Le Musicien un Sportif de Haut-Niveau par Coralie Cousin

 

De l'échauffement au stress de la compétition avant un concours, Coralie Cousin, kinésithérapeute spécialisée, vous dit tout dans son livre le Musicien, un sportif de haut-niveau.
Destiné aux musiciens qui ont des douleurs dues à la pratique intensive de leur instrument, ce livre recèle de témoignages et conseils illustrés qui redonneront confiance à chacun.

Coralie Cousin

Coralie Cousin

Diplômée de kinésithérapie, Coralie Cousin est, depuis vingt ans, spécialisée dans la rééducation de la main du musicien.
Elle a ouvert son propre cabinet « Kiné des musiciens » à Paris tout d'abord dans le 13ème arrondissement et a soigné et conseillé plus de 3000 musiciens. En décembre 2016 elle transfère son cabinet, 5 cité Riverin dans le 10e arrondissement.
Elle est kinésithérapeute consultante auprès d'institutions reconnues : l'Ecole Normale de Musique de Paris et l'Orchestre National d'Ile-de-France.
Au travers de nombreux articles, conférences, interviews radio et télévision elle tente d'aider les musiciens et de prévenir les affections professionnelles des troubles musculo-squelettiques (TMS).

Avertissement

Le site, les articles, les illustrations, les enregistrements radiophoniques, les vidéos ont pour seul objectif de vous aider à la compréhension d'un problème de santé.
Les conseils ne viennent pas se substituer à l'information orale délivrée par votre médecin.
Ils sont destinés à vous éclairer sur votre santé et vous permettre de mieux participer à la prise de décision.
Consultez votre médecin traitant.

Conseils d'urgence

Vous êtes musicien et vous ressentez des douleurs

Que faire

  1. Ma main est chaude, rouge et douloureuse
  2. Comment faire céder mes contractures musculaires
  3. Mes avant-bras et mes mains sont crispés
  4. J'ai fait une chute

Qui consulter

  1. Mon médecin traitant
  2. Un kinésithérapeute spécialisé
  3. Un soignant de l'association « Musique en Forme »

Geste de prudence

  1. Organiser son temps de répétition
  2. Permettre à votre corps de se retrouver
  3. Relaxer sa main
  4. Protéger ses mains

Conseils aux parents

  1. L'importance de la mémoire corporelle chez l'enfant
  2. Du loisir au monde professionnel
  3. Après le Bac
  4. La scoliose de l'enfant musicien

Lutter contre le stress du musicien

  1. Se concentrer sur sa posture
  2. Jouer le plus souvent en public
  3. Texte du Docteur Théo Leydenbach

Trousse médicale du musicien en tournée

  1. Avoir à portée de main

Que faire

Ma main est chaude, rouge et douloureuse

« Je me réveille un matin, mon articulation est gonflée, chaude, rouge et douloureuse »

Prenez rendez vous avec votre médecin car l'oedème signifie qu'il y a un problème. Jouer avec une articulation gonflée est contre-indiqué, l'oedème comprime les tendons, les nerfs, les ligaments et la douleur se fait de plus en plus intense.

En attendant le rendez vous avec le médecin votre articulation doit absolument être mise au repos et massée avec un pack de froid. Vous devez vous arrêter de jouer un ou deux jours puis reprendre la pratique de votre instrument en aménageant votre temps de travail. Vous pouvez par exemple faire une pause de deux à trois minutes toutes les quinze minutes, tout en restant concentré sur votre partition.

Illustrations attelles

Attelle pianiste

Attelle de repos nocturne
pour le pouce d'une pianiste

Attelle flutiste

Attelle de travail
pour la main gauche d'une flutiste

Attelle saxophoniste

Attelle de travail
pour la main droite d'un saxophoniste

Les attelles du musicien sont confectionnées sur mesure par un orthopédiste ou un kinésithérapeute spécialiste de la main
Les patchs anti-inflammatoires placés sous l'attelle de repos sont très efficaces.
Les emplâtres d'argile sont efficaces et très appréciés des musiciens.

Comment faire céder les contractures musculaires des musiciens

Il est indispensable d'aider les muscles à se détendre surtout après une répétition, un enregistrement ou un concert.
Si vos muscles sont tendus et contractés vous pouvez appliquer des bouillottes d'eau chaude sur vos épaules avant de vous endormir et effectuer des frictions au Synthol liquide sur vos coudes. Tout cela produit un effet décontractant.
Le soir, après une journée de travail, massez-vous légèrement les avant-bras avec des huiles de massage comme l'huile d'arnica qui permet aux muscles de se relâcher.

Ne prenez surtout pas les tensions à la légère, elles sont bien souvent annonciatrices de tendinites. Si elles ne disparaissent pas, consultez.

Mes avant-bras et mes mains sont crispés

« Vous n'avez pas commencé à travailler et vos avant-bras sont déjà tout tendus, crispés. Vous ressentez également des contractures. En avoir conscience c'est déjà bien. Pour supprimer ces crispations il est indiqué de pratiquer votre instrument par palier car, ce qui est traumatisant, c'est de jouer longtemps sans s'arrêter. N'ayez crainte, jouer par palier ne diminue en rien le temps de travail d'une journée.

Voici pouvez, après vous être échauffé hors instrument, jouer quinze minutes à la suite mais pas plus. Recommencez des phases de cette durée tout au long de votre journée de travail.
Si le lendemain matin vous constatez que vos bras sont plus souples, augmentez de cinq minutes. Ajoutez ensuite cinq minutes par jour en allant jusqu'à une demi-heure. Restez une semaine sur cette durée puis rajoutez cinq minutes par jour. Allez jusqu'à quarante-cinq minutes mais ne dépassez pas une heure trente. Mieux vaut jouer deux fois une heure trente dans votre journée que trois heures d'affilée.

Attention : si vous constatez une réapparition de vos douleurs diminuez à nouveau votre temps de travail et consultez.
Cette proposition de travail ne convient pas forcément à tous mais gardez toujours à l'esprit que faire disparaître ces tensions musculaires est un bon moyen de prévenir les tendinites. »
Extrait du livre : « Le musicien, un sportif de haut niveau » Editions Ad-Hoc, réédition 2012.

J'ai fait une chute

Dès qu'il y a un choc direct sur vos mains, vos coudes, vos épaules ou toutes autres parties de votre corps, il est indispensable de faire une radiographie.

Qui consulter

Votre médecin traitant

Tout d'abord allez voir votre médecin traitant, c'est lui qui vous prescrira si nécessaire des séances de kinésithérapie ainsi que des examens complémentaires : radio de l'articulation douloureuse, éventuellement IRM ou échographie.
Si vous ressentez des fourmillements dans les mains votre médecin traitant pourra vous demander un électromyogramme.

Il est ensuite indispensable de faire un bilan à l'instrument. Celui ci ne peut être pratiqué que par un kinésithérapeute spécialisé dans ce type de prise en charge.
La douleur change vos points de repères face à votre instrument. Ne recommencez pas à jouer avec des défauts de posture que vous n'aviez pas avant.
Important : quand vous recommencez à travailler après une période de repos imposée par votre médecin, veillez à avoir une posture correcte et en place, avec des gestes souples. Sinon votre repos aura servi à calmer la douleur mais la cause sera toujours là.
Donc profitez du temps de repos pour faire un bilan avec votre instrument.

Votre kiné spécialisé

Le kiné des musiciens met à votre disposition des instruments : un piano, une harpe, une contrebasse, une guitare... Pour ceux qui jouent de l'orgue ou de la batterie, le kiné se déplace.
Un bilan est établi sans et avec l'instrument.
Il sert à analyser le ou les facteurs qui déclenchent les douleurs à l'instrument. Par exemple : vous avez trop forcé, vous avez joué dans une mauvaise position, votre temps de travail a été trop augmenté, vous êtes stressé, vous avez changé d'instrument, de technique.

À l'instrument le kinésithérapeute observe avec précision : la physiologie du geste, la capacité à dissocier le mouvement, la bonne dextérité des mains sur un corps tonique sans être crispé.
Pour les instrumentistes à vent un bilan respiratoire est également établi. Le kinésithérapeute analyse en détail l'harmonie du geste respiratoire : la souplesse et l'élasticité du diaphragme sur le temps inspiratoire ainsi que la tonicité du transverse sur le temps expiratoire...

Un soignant de l'association « Musique en Forme »

Créée à l'initiative de Coralie Cousin, kinésithérapeute spécialisée dans la prise en charge des musiciens, cette association réunit différents thérapeutes dans un même lieu : kinés mais aussi ostéopathe, orthophoniste de la voix plus spécialement destiné aux chanteurs et aux instrumentistes à vent, psy pour aider à lutter contre le stress.
Kinésithérapeutes et ostéopathe travaillent de façon complémentaire ce qui permet au musicien de résoudre ses problèmes dans un temps plus court.

Un suivi indispensable par des thérapeutes qui travaillent ensemble autour d'une même passion : la musique.

Gestes de prudence

Organiser son temps de répétition

« Les pauses sont un élément essentiel. Il est indispensable d'en faire et votre corps en a besoin. Au bout de 45 minutes de jeu votre corps se fatigue et a besoin de souffler. C'est le moment de vous arrêter. Accordez-vous une pause de quelques secondes à un quart d'heure et ne jouez jamais plus d'une heure trente sans interruption, si vous n'y êtes pas obligé.
Augmenter son temps de travail pour résoudre une difficulté technique est une erreur, c'est la porte ouverte aux douleurs de toutes sortes. En cas de difficulté – vous ratez un passage plusieurs fois de suite par exemple – inutile de vous acharner : levez-vous, étirez-vous, bougez, marchez, buvez un verre d'eau. Vous serez plus efficace après.
Si vous préparez un concert d'une heure trente travaillez chez vous plusieurs fois par jour cette même durée, mais ne la dépassez pas. Vous vous fatiguez inutilement.
À l'approche d'un examen ou d'un concours faites la même chose. Si votre audition doit durer quinze minutes faites des séances de cette longueur. Il faut savoir tout donner dans n'importe quelle circonstance au cours de ce laps de temps.

Les emplois du temps, comme vous le savez, sont organisés deux ou trois ans à l'avance. Attention à ne pas cumuler un programme très lourd - concerts, enregistrement et activités habituelles de musicien et de professeur. Faites des choix pour vous organiser. »
Extrait du livre : « Le musicien, un sportif de haut niveau » Editions Ad-Hoc, réédition 2012.

Permettre à votre corps de se retrouver

« Après avoir travaillé des heures votre corps garde la mémoire de l'instrument. Si vous vous êtes appuyé des heures sur votre jambe gauche en jouant du violon par exemple, vous aurez tendance à conserver cet appui lors des gestes de la vie quotidienne. Pensez à placer le poids de votre corps en équilibre sur chaque jambe. Cinq petites minutes suffisent et votre corps enregistrera que l'instrument n'est plus là.
Entraînez-vous également à reposer votre corps dans l'axe afin que votre musculature tellement sollicitée se délasse vraiment. Être bien dans l'axe, y rester et se relâcher, voilà ce qu'il faut garder à l'esprit. C'est le premier pas vers un travail de recentrage. »
Extrait du livre : « Le musicien, un sportif de haut niveau » Editions Ad-Hoc, réédition 2012.

Relaxer sa main

« Il est important d'apprendre à détendre sa main tout en travaillant le contact de la pulpe de ses doigts.
Par exemple, en position assise, posez vos deux mains sur l'arrondi de vos genoux en sentant le contact de tous vos doigts. Il est essentiel de bien dégager le pouce. Serrez et détendez en prenant conscience de votre paume. Quand vous relâchez pensez à l'empreinte de la pulpe de vos doigts sur le genou. Un exercice très efficace, à faire quelques minutes chaque jour. »

Illustration postures

Mauvaise posture

Mauvaise position de détente main fermée

Bonne posture

Bonne position de détente main ouverte

Extrait du livre : « Le musicien, un sportif de haut niveau » Editions Ad-Hoc, réédition 2012.
Note : De nos jours, la main est très sollicitée sur le clavier d'ordinateur, le portable, les jeux vidéo.

Protéger ses mains

Mettez des gants en bricolant, en faisant des travaux ménagers, en jardinant, protégez vos mains. Soyez vigilant et désinfectez la moindre plaie. Si vous réalisez des travaux chez vous, si vous repeignez un plafond ou portez des carrelages, ne forcez pas trop. Ces gestes fatiguent les membres supérieurs et vous risquez une tendinite à la reprise de l'instrument.
Il est aussi bien connu que la sollicitation de la main sur un clavier d'ordinateur dans une mauvaise position fatigue autant que la main sur un instrument.
Si vous êtes instrumentiste à vent, violoniste, altiste, ne reprenez pas trop rapidement après une opération dentaire. Une fatigue des ligaments de la mâchoire risque de vous faire perdre vos points de repères au niveau des appuis de l'instrument.
Si vous faites du roller, portez absolument des protections aux poignets et aux coudes. Le poignet est constitué d'une multitude de petits os et, en cas de fracture, vous risquez de perdre l'indispensable souplesse du poignet dans le jeu instrumental.

Conseils aux parents

L'importance de la mémoire corporelle chez L'enfant

Les musiciens et les professeurs de musique le savent bien : il faut de longues heures de travail chaque jour, en répétant souvent, pour développer cette mémoire du geste musical et ancrer des automatismes.
Elle se stimule dès le plus jeune âge quand le cerveau, encore vierge, est prêt à enregistrer très facilement un maximum d'informations, à condition que ce travail de mémorisation du geste se fasse dès le départ sur une bonne posture. Si votre enfant débute avec des défauts de position son cerveau les enregistrera et, plus tard, il aura du mal à les modifier.

Du loisir au monde professionnel

Il y a des enfants très déterminés dans leur choix de devenir musiciens professionnels, d'autres se décident plus tardivement. Ceux qui s'orientent jeunes sont pris en main par des professeurs qui connaissent en général les règles de base de la posture. L'enfant va pouvoir acquérir une bonne technique tout en augmentant, sans danger, son temps de travail à l'instrument.
Les accidents chez l'enfant arrivent souvent par une mauvaise organisation de son temps. Il travaille trop longtemps, sans faire de pauses et avec une mauvaise posture. La croissance très rapide de certains enfants et les changements d'instruments sont aussi des facteurs déstabilisants.
Attention à la reprise brutale chez les enfants ou adolescents musiciens qui ont arrêté de jouer pendant les vacances scolaires : pensez toujours à leur faire scinder leur temps de travail.

Après le Bac

Une fois le bac en poche, les jeunes musiciens entre 17 et 19 ans ont tendance à passer tout leur temps à travailler leur instrument, bien souvent de 2 à 6 heures par jour. Leur corps n'est pas forcément prêt à cette surcharge de travail et des tendinites peuvent alors se déclencher.

La scoliose de l'enfant musicien

Les enfants musiciens qui ont des scolioses doivent être suivis par des kinésithérapeutes spécialisés. Une scoliose n'empêche pas une carrière de musicien mais elle crée une fatigue supplémentaire qu'il faut savoir écouter.

Lutter contre le stress du musicien

La douleur physique crée du stress car elle induit chez le musicien la crainte de ne pas pouvoir assurer en concert. Il est donc indispensable de se sentir physiquement et techniquement à l'aise avec son instrument. Valoriser la technique instrumentale n'est possible qu'avec une bonne posture, mais l'inverse est tout aussi important.

Se concentrer sur sa posture

Pour les musiciens expérimentés l'équilibre postural est travaillé mentalement : penser la bonne posture entraîne une décontraction juste. Cela donne une assurance qui dissipe le stress. Donc n'oubliez pas avant de jouer, pour dominer votre trac, concentrez-vous sur votre posture.

Jouer le plus souvent en public

Si vous êtes étudiant, plutôt que de passer des heures isolé avec votre instrument n'hésitez pas chaque fois que ça vous est possible, jouez face à un public varié. De nombreux professeurs organisent pour cela des master classes, indispensables pour un travail sur la prise de confiance face au public.

Témoignage du Docteur Théo Leydenbach

Pendant de nombreuses années le docteur Théo Leydenbach envisage une carrière musicale. Ce fut d'abord le piano sous la tutelle de Gyorgy Cziffra puis, aprés de longues études de direction d'orchestre avec Edouard Lindenberg, il revient à sa première vocation, la médecine. Théo Leydenbach est donc médecin, psychanalyste, psychosomaticien et également professeur au Département de Psychologie Médicale à la Faculté de Médecine de Créteil, Université Paris XII. Le Docteur Théo Leydenbach aime travailler avec les artistes, il travaille bénévolement dans l'Association Musique en Forme.
Voici son témoignage :
Le trac est « normal », les enjeux du musicien sont rudes. Dans le trac, c'est la peur du regard de l'autre qui nous mine. Paradoxalement, ce qui se joue dans le trac, ce n'est pas tant la confiance en soi que la confiance en l'autre. Tout l'art consisterait alors à orienter les représentations mentales dans une nouvelle direction : se représenter le regard du public comme accueillant, le jury composé d'hommes et de femmes complices de ma liberté de musicien, prêts à recevoir ce que j'ai à donner. C'est cette confiance qui permet de s'approprier l'auditoire et la salle, l'espace d'autrui, comme un territoire familier et bienveillant. C'est elle qui, la barrière du trac inaugural franchie, permet aux artistes d'être soudain totalement à eux-mêmes.
Ces moments de puissante communication résultent d'un consensus momentané autour de la beauté et du temps musical. Ils ne sont possibles que si le musicien, rencontrant en lui-même la vérité de la musique, ressent très fort ce qu'il fait passer de personnel et de singulier. Ce sentiment très fort de lien à l'autre signe notre commune « appartenance à l'humanité ». Nourri par le lien magique qui, à des moments privilégiés, s'instaure entre le public et lui, le musicien peut alors se transcender de façon unique. Temps hors du temps, si justement appelé « état de grâce ».

Trousse médicale du musicien en tournée

Voici ce que vous devez absolument avoir à portée de main quand vous partez en tournée :

  • Un désinfectant, par exemple Hexomédine transcutanée ou Bétadine en unidose
  • Des pansements (Steri-strip)
  • Des bandes de poignet
  • Des patchs anti-douleur et anti-inflammatoires (par exemple Flector) avec des bandes auto-adhésives pour maintenir le patch
  • Des patchs de froid à placer au congélateur, efficaces en cas d'oedème
  • Une huile de massage à l'arnica
  • Une bouillotte